summer...

L’été, les confettis de soleil sur la table à travers les feuilles du cerisier, les soirées qui s’étirent et l’enfance qui se débobine sous mes yeux, comme c’est bon.

haagen dazs (3 of 3).jpg

Les enfants c’est le présent qui n’attend rien d’autre que le “maintenant”, les regarder remet toujours les choses dans leur ordre d’importance dans ma tête, à savoir : l’amour et la joie, tout le reste est finalement bien petit dans le grand ordre des choses.
J’ai terminé de lire l’oeuvre posthume de Jean D’Ormesson, son dernier livre qui commence par ces mots “Grâce à Dieu, je vais mourir” et durant lequel il s’efforce de creuser dans la science pour comprendre l’origine de notre monde, expliquer notre présence sur cette terre. Il s’y dévoile agnostique mais ne peut s’empêcher de titrer son ouvrage “Un hosanna sans fin” et de le terminer sur ces paroles “Si quelqu’un a laissé une trace éclatante dans l’esprit des hommes, c’est bien le Christ Jésus”. Ce livre m’a beaucoup touchée, la spiritualité faite de doutes et d’espoir qu’il y exprime résonne profondément en moi, ce besoin de tout expliquer mêlé au besoin de s’en remettre au Plus Haut sans questions : ma vie haha!

au jardin (11 of 40).jpg
au jardin (18 of 40).jpg
au jardin (29 of 40).jpg
au jardin (36 of 40).jpg
au jardin (38 of 40).jpg

A happy 1st birthday

L’anniversaire de ma moëlleuse c’était le 14 mai et c’était bien! En famille, autour d’un brunch de Printemps, on a fêté notre petit bonbon dans la joie et la bonne humeur.
Niveau menu j’avais fait simple, un brunch c’est quand même très pratique puisque quasiment tout peut être préparé la veille : salade de fruits, tartines d’avocat et de saumon, lassi de mangue, pancakes, et ça met tout le monde à l’aise dans une ambiance décontractée.
C’est mon mari qui avait fait le flabbergasting gâteau d’anniversaire, il avait glané sur le net une recette de naked cake qu’on avait glacé d’un mélange beurre/sucre glace/fromage Philadelphia. La tarte aux gariguettes vient de la pâtisserie Bontemps à Paris.
Le cadeau préféré de la récipiendaire aura sans doute été la matinée au parc le jour de son anniversaire et rien ne remplacera dans mon coeur sa petite tête débordante de bonheur sur la balançoire ce jour là. Joyeux anniversaire MooMoo.

josephine first birthday (2 of 116).jpg
josephine first birthday (9 of 116).jpg
josephine first birthday (1 of 116).jpg
josephine first birthday (10 of 116).jpg
josephine first birthday (20 of 116).jpg
josephine first birthday (28 of 116).jpg
josephine first birthday (49 of 116).jpg
josephine first birthday (55 of 116).jpg
josephine first birthday (75 of 116).jpg
josephine first birthday (80 of 116).jpg
josephine first birthday (97 of 116).jpg
josephine first birthday (105 of 116).jpg
josephine first birthday (111 of 116).jpg

L'OLYMPUS PEN E-PL9

Ça faisait un bail que je cherchais un appareil photo hybride à emmener en vadrouille, qui soit de meilleur qualité que mon Iphone mais beaucoup moins encombrant que mon reflex pro. Je voulais un appareil compact, léger et qui puisse rentrer dans un petit sac, sans pour autant que la qualité des images soit compromise.

Pour tout vous dire, j’avais un Olympus Pen dans le collimateur depuis plusieurs mois et ça devait normalement être mon cadeau d’anniversaire en octobre prochain. La providence faisant parfois que… Olympus m’a proposé de tester le Pen E-PL9 afin de pouvoir communiquer sur le fait qu’il est en promo jusqu’au 30 avril.

olympus pen (2 of 2).jpg

Rentrons donc dans le vif du sujet, en commençant par ce qui saute aux yeux : son look! Je le trouve vraiment cool, les finitions sont belles, simili cuir et métal brossé lui donnent un côté rétro très attirant et qui se démarque clairement des codes classiques des appareils hybrides. Un gros bon point sur le plan esthétique mais qu’a-t-il à offrir et que vaut-il sur le plan technique?

L’Olympus Pen E-PL9 est fourni avec un objectif classique 12-42 mm f/3-5,6, il est facilement interchangeable si on souhaite utiliser un objectif plus sophistiqué. Personnellement pour l’utilisation que je souhaite en faire, c’est justement l’objectif classique qui m’intéressait puisque je vais à présent l’utiliser pour mes photos Instagram dont je commençais à ne plus du tout aimer la qualité… Mon Iphone 6S faisant très bien son travail de téléphone, je ne voyais pas l’intérêt dans mon cas de le changer pour un modèle dernier cri juste pour avoir de meilleures photos.

olympus pen (1 of 2).jpg

Le Pen E-PL9 n’a pas de viseur mais un écran tactile amovible qui permet de facilement shooter différents angles. L’écran tactile est par exemple très pratique pour ajuster manuellement l’exposition, la température, le focus ou déclencher la photo en mode selfie.
Le wifi permet de transférer directement ses photos sur son téléphone et les retoucher, le bluetooth très pratique permet, lui, d’utiliser son téléphone comme une télécommande pour prendre les photos, idéal pour une photo de groupe par exemple.

Il y a un flash discrètement caché à gauche sur l’appareil et la prise en main est agréable.

Alors maintenant les images! Je note ici la très bonne qualité du stabilisateur, qui réduit considérablement les tremblements quand on photographie à la main (sans trépied), qui donne des images très nettes et ce même en faible luminosité. Je trouve la qualité des images très bonne pour un hybride. L’autofocus est réactif et vif. L’appareil n’est clairement pas destiné à un grand amateur de photo de sport ou de course de voiture mais pour un usage lifestyle au quotidien il est vraiment génial.
Ci-dessous deux photos prises avec le Pen E-PL9 et l’objectif fourni dans le kit.

olympus pen (16 of 21).jpg

La bonne surprise me concernant c’est le mode vidéo, là aussi avec des détails techniques bien sympathiques comme la 4K, la stabilisation toujours excellente et les mises au point fluides.

Les modes photos sont variés : automatique, avancé, manuel mais on trouve également de bien chouettes options comme le mode “live composite” dont voici une explication en vidéo, le panorama ou encore HDR. Le mode ART propose également des filtres intégrés.
Le mode “scene” (en photo juste au dessus) est extra lui aussi pour photographier un sujet de façon optimum, puisqu’il suffit d’y choisir son sujet (portrait, paysage, macro,…) avant de passer à l’action, ainsi pas besoin d’effectuer les réglages propres à la scène l’appareil le fait tout seul.
Je vous montre ici ce que l’on peut faire avec le mode “multiple exposure” en superposant deux images.

Je trouve l’effet très intéressant, j’imagine déjà le refaire à la plage avec les dunes au premier plan et les silhouettes de mes enfants devant l’océan par exemple ou dans les champs.

Je trouve l’effet très intéressant, j’imagine déjà le refaire à la plage avec les dunes au premier plan et les silhouettes de mes enfants devant l’océan par exemple ou dans les champs.

L’Olympus Pen E-PL9 est donc en promo jusqu’au 30 avril, au prix de 599 euros au lieu de 699 euros, je le conseille à qui souhaite passer à un hybride au lieu d’un téléphone mais qui ne veut pas non plus s’encombrer d’un reflex. Je l’emmène avec moi en vacances à Marrakech lors de ces prochains jours, je vous ferai un article à mon retour pour que vous puissiez juger par vous même de la qualité des images.

Bon week-end de Pâques tout le mode!

Balade d'hiver

Après avoir laissé ma petite famille il y a de cela quelques samedis pour visiter le salon Playtime à Paris, on avait tous bien envie de se retrouver tranquillement ensemble le dimanche.
Et puis comme ça faisait un grand bail que je n’avais pas pris de photos juste pour le plaisir, j’ai embarqué mon appareil quand on est parti se balader dans les champs à la première éclaircie.

january 2019 (9 of 29).jpg
january 2019 (23 of 29).jpg
january 2019 (25 of 29).jpg
january 2019 (6 of 29).jpg

Rien de tel que l’air frais pour relâcher la pression, oublier ses contrariétés et aller de l’avant. En ce moment je lis un livre magnifique sur l’analyse faite par un psychiatre des camps de concentration qu’il a lui même vécu. J’y ai noté ce passage qui raconte les paroles d’une mourante quelques jours avant sa mort :
"En pointant à travers la fenêtre de la baraque, elle dit, “Cet arbre là est le seul ami que j’ai dans ma solitude.” À travers cette fenêtre elle ne pouvait voir qu’une seule branche du châtaigner, et sur la branche il y avait deux fleurs. “Je parle souvent à cet arbre,” me dit-elle. J’étais surpris et ne savais pas exactement comment prendre ses paroles. Etait-elle sous l’emprise du délire? Avait-elle des hallucinations occasionnelles? Anxieusement je lui demandais si l’arbre répondait. “Oui.” Que lui disait-il? Elle répondit, “Il m’a dit, ‘Je suis là - Je suis là - Je suis la vie, la vie éternelle.’” (Man’s Search For Meaning, Viktor E. Frankl)
Cette lecture m’a tellement touchée parce que c’est le même effet d’apaisement que je ressens quand je regarde un arbre et la nature en général, la toute puissance, l’éternité, et ça me requinque à chaque fois.

Il n’aura d’ailleurs fallu que quelques minutes pour nous confronter à la puissance de la nature puisque partis sous le soleil c’est en courant sans la grêle que nous sommes rentrés nous réchauffer autour d’un chocolat chaud…

january 2019 (21 of 29).jpg
january 2019 (20 of 29).jpg