By Bambou, vide dressing communautaire

Candice et Emilie, deux sœurs, ont vu très juste en lançant leur concept de vide dressing communautaire de qualité… parce que si comme moi vous aimez l’idée de vêtements de seconde main pour vos enfants mais que vous loupez systématiquement tous les vides dressing sur Insta alors vous serez sans doute ravies de découvrir By Bambou!

Dans un vrai souci de consommer plus responsable et plus durable, By Bambou boucle la boucle de la consommation de vêtements pour enfants en encourageant une économie circulaire.
Le principe est simple puisque c’est celui d’un dépôt vente et d’une plateforme de mise en vente exclusivement réservé aux vêtements pour enfants et accessoires de puériculture, mais l’atout By Bambou c’est sa charte qualité et la sélection proposée. Tous les articles répondent à des critères de qualité stricts et l’équipe approuve toutes les annonces avant leur mise en ligne sur le site. La sélection de marques est pointue, on peut donc se faire plaisir chez des enseignes comme Bonpoint, Caramel ou Bonton à prix doux.

by bambou (13 of 38).jpg

Petite dimension connectée un peu cool sur le site, on peut suivre les comptes de mamans dont on aime régulièrement les articles ou les mamans que l’ont suit sur les réseaux sociaux donc comme ça on ne loupe plus les perles rares!

by bambou (12 of 38).jpg

Perso je suis conquise par le concept et j’ai eu la chance de pouvoir choisir une sélection d’articles en partenariat avec By Bambou pour découvrir tout ça et vous en parler. Je suis allée piocher dans des marques chouchou, Bonpoint et Bonton, mais chez lesquelles je ne peux pas régulièrement shopper because : budget, haha!
Dans mon paquet il y avait donc deux blouses Bonpoint, dont une encore étiquetée, et une blouse et un bloomer Bonton. Tout est arrivé parfaitement propre et en excellent état.

by bambou (5 of 38).jpg

Du coup je consulte régulièrement depuis les nouveautés et je croise les doigts pour trouver de jolis manteaux d’hiver pour mes deux cocos. Sans oublier la page Insta de By Bambou et leurs stories qui donnent des petits aperçus des articles qui arrivent bientôt en ligne.
Enfin voilà pour moi c’est du tout bon, je vous avoue être parfois assez déraisonnable dans mes achats pour les enfants (alors que pour moi-même je suis radine au possible, on est un peu toutes comme ça non?) donc là c’est un bon moyen de canaliser tout ça!

Béaba Babycook

Jingle bells, jingle bells, jingle all the way!!!! Vous le sentez le vent de Noël qui commence à souffler par ici? Noël me met toute joie, j’ai 8 ans ;) et je crois que j’ai contaminé mes enfants avec ce virus de perpétuelle gaieté en décembre. Charles croit littéralement que c’est tous les jours noël alors qu’il a très bien compris à quoi servait son calendrier (à compter les jours mon poulet!) et Joséphine se met à danser dès qu’on allume les guirlandes du sapin.
Bon et puis Joséphine s’est aussi mise à danser il y a quelques jours parce que c’était noël avant l’heure quand un colis pour elle de la part de Béaba est arrivé à la maison…

beaba (11 of 32).jpg
beaba (19 of 32).jpg

L’occasion pour moi de vous parler un peu de diversification alimentaire, sujet parfois compliqué à gérer… quand commencer, par quoi, à quel repas? Autant de questions que j’ai finalement du me reposer avec elle puisque je vous avoue que j’avais un peu oublié tout ça depuis Charles.
Le site Béaba propose une rubrique très bien faite concernant la nutrition et offrant de nombreux conseils en réponse à tous ces questionnements.

D’expérience un bébé montre de lui même les signes qu’il est prêt à goûter aux solides. Joséphine par exemple nous envoyait des signaux très clairs depuis ses 3 mois et demi nous montrant qu’elle avait TRÈS envie de ce qu’il y avait des nos assiettes (elle ouvrait grand la bouche quand on portait la fourchette à notre bouche par exemple). Il n’en reste pas mois que 3 mois et demi c’était quand même un peu tôt alors nous l’avons faite patienter jusqu’à ce qu’elle ait presque 5 mois. À cet âge elle pleurait de nous regarder manger et ce n’était pas une tétée ou un biberon qu’elle voulait, il était temps de l’accompagner dans son désir : goûter les aliments solides!

L’idée est donc d’offrir à son enfant l’opportunité de goûter, une ou deux cuillères par jour le midi pour commencer, des légumes faciles à digérer comme la courgette, la patate douce ou encore la carotte. J’avais un babycook (appareil tout en un permettant de cuire et mixer les plats pour bébés) pour Charles que je n’ai pas pu ramener de Nouvelle Zélande faute de place et je savais qu’il m’en fallait un pour Joséphine tant j’avais aimé l’utiliser il y a cinq ans.
En partenariat avec Béaba , je vous montre ici le Babycook Néo en coloris Night Blue. Ce modèle, fabriqué en France, est une revisite plus écologique des anciennes versions, il consomme 50% moins d’énergie. Ce que j’ai toujours aimé avec cet appareil électroménager c’est la rapidité avec laquelle les repas sont préparés en quelques minutes dans un seul contenant, le fait que tous les nutriments extraits de la cuisson à la vapeur sont récupérés pour lisser la purée mais surtout la consistance de la purée qui est très fine et sans grumeaux. Personnellement ce qui m’a toujours un peu stressée en préparant mes purées maison sans appareil ce sont les morceaux qui pouvaient m’échapper justement, et la consistance de certaines purées (le broccoli par exemple) qui peut rebuter certains bébés car il est plutôt difficile de finement le mixer sans pour autant le transformer en soupe.
Je reviens à la diversification donc et là l’autre avantage du Babycook c’est que l’on peut préparer de petites quantités à la fois, au début vous pouvez même congeler les petites purées dans des bacs à glaçon et réchauffer un, deux ou trois cubes en fonction de l’avancée de votre enfant sur le chemin de la diversification alimentaire.

beaba (22 of 32).jpg
beaba (28 of 32).jpg

On commence avec des légumes faciles à digérer donc et on propose le même légume trois jours de suite pour que l’enfant puisse vraiment apprendre à connaître le nouveau goût avant de passer au suivant pendant quelques jours et ainsi de suite jusqu’à finir par mélanger deux légumes que l’enfant connaît. Si votre bébé refuse un nouvel aliment ce n’est pas la peine de le forcer, offrez lui un goût qu’il connait et proposez le nouveau légume le lendemain, il faut parfois de nombreux essais avant qu’un enfant s’habitue à un nouveau goût.
Je vous propose d’ailleurs à ce sujet un code vous permettant de recevoir en cadeau le livre “Mes premiers repas” (80 recettes adaptées aux bébés de 4 à 24 mois) pour tout achat d’un Babycook Neo Blanc ou Bleu, le voici : BBKNEOAUDREYFJ (code est valable jusqu’au 31 janvier 2019)
Vous y trouverez une charte très détaillée des fruits et légumes à proposer par âge, des conseils et des recettes conçues pour le Babycook et adaptées à l’âge de votre enfant.

beaba (30 of 32).jpg
beaba32 (1 of 1).jpg

Par ici Joséphine a pour grands favoris la patate douce, la courgette, la carotte, le chou fleur et bien entendu TOUTES les saveurs sucrées, ça se voit à sa tête non!? mais j’ai bien envie de tester des goûts plus audacieux à présent! La pédiatre m’a d’ailleurs dit que je pouvais lui proposer du poisson maintenant, ça tombe bien j’adore ça. Et si vous avez des mélanges de saveurs favorites de vos bébés j’aimerai beaucoup les connaître!

Poinçon 22

Il y a quelques semaines de cela j’ai pu renouer avec une de mes passions de photographe, rencontrer un entrepreneur dans le domaine créatif sur son lieu de travail, découvrir sa démarche et immortaliser son espace et ses créations.
Je suis allée retrouver Jessica, la créatrice de Poinçon 22, dans son showroom de la rue du Faubourg Poissonière dans le 9ème. Au fond d’une cour et après quelques étages, la porte s’ouvrait sur son grand sourire.

a morning in Paris (11 of 37).jpg
a morning in Paris (14 of 37).jpg

Lilloise d’origine, parisienne d’adoption, Jessica Mulliez a fait ses armes dans le marketing chez les plus grands joailliers de la capitale avant de lancer Poinçon 22, une gamme de bijoux précieux, aussi délicats qu’elle. Forte de son expérience dans les grandes maisons, elle donne à ses créations les détails de la haute joaillerie : pierres précieuses, or 18 carats, bordures de perles ou de tresses. En mariant ainsi les codes traditionnels à des designs contemporains, raffinés et précieux, Jessica propose une collection intemporelle qui se fait la promesse d’une élégance discrète et quintessenciée.
L’accueil dans son showroom, imaginé comme un cocon doux et lumineux, est un moment privilégié et exclusif, comme un autre petit clin d’oeil à la haute joaillerie.

a morning in Paris (25 of 37).jpg

La collection est d’abord née de l’envie de renouveler les codes de la médaille, bijou traditionnel à porter sans prétexte, pour vite devenir l’écrin d’une collection plus large de bijoux exclusifs, uniques et raffinés. Chaque pièce, réalisée à la main, bénéficie du savoir faire d’artisans joailliers. Toutes les pièces proposées peuvent être personnalisées, et avec la guidance de Jessica, un bijou unique peut être créé pour une occasion particulière.
J’ai vu un bracelet à médailles qui pourrait faire un très beau cadeau pour une grand-mère estampillé aux initiales de ses petits enfants, une bague marquée de l’initiale de l’être aimé, ou bien des médailles gravées au nom d’un enfant pour un baptême ou une naissance… et c’est là ce qui m’a tant plu dans son concept, le délicat mariage des émotions à un bijou très précieux imaginé pour suivre la personne qui le porte tout au long de sa vie, puis pour être transmis.

a morning in Paris (21 of 37).jpg
a morning in Paris (24 of 37).jpg
a morning in Paris (29 of 37).jpg

J’ai eu la chance de pouvoir choisir un bijou parmi la collection Poinçon 22, j’ai tout de suite aimé le Bracelet Eternité en or 18 carats serti d’un diamant. J’ai demandé à Jessica s’il était possible d’ajouter un petit détail en plus pour donner à ce bijou la dimension émotionnelle que je souhaitais y attacher, je fus exaucée avec la gravure de la lettre E au dos de la médaille octogonale. Je le porte déjà tous les jours, il est aérien, discret, beau. C’est un bijou précieux et je la remercie ici vivement de ce cadeau.

november (12 of 31).jpg
november (1 of 31).jpg
november (8 of 31).jpg

Je porte peu de bijoux mais ceux que je choisis le sont toujours pour des raisons sentimentales, il faut qu’ils soient discrets et à la fois symboliques, celui là est donc parfait et je dois avouer qu’avoir l’initiale d’un certain Elliot au creux du poignet ne l’a pas rendu peu fier d’être l’objet de cette attention… quand je vous disais que c’était des bijoux d’émotion…

Matinée parisienne... les Tuileries + le Café Pinson

Hier j’ai vite déposé Charles à l’école, confié Joséphine à ma maman et j’ai filé pour Paris. Mon rendez-vous était à 11h00, j’avais donc le temps de flâner en solitaire un peu avant. Pour une raison bête et pratique de correspondance de métro j’ai choisi les Tuileries en partant de la Cour Carrée puis en traversant la Cour Napoléon, jusqu’à l’Arc de Triomphe du Carrousel pour finir dans le jardin des Tuileries.

C’était un matin d’Automne, le premier vraiment frais, les étudiants en Art étaient tous absorbés par leurs croquis pendant que les touristes s’affairaient à immortaliser leur index tout en haut de la Pyramide du Louvre.
J’ai toujours aimé me promener dans les parcs parisiens à cette saison, les statues toisent de haut les joggeurs, les pigeons et les rêveurs, et le calme règne en maître malgré la foule et les clics clacs des appareils photo.

a morning in Paris (1 of 37).jpg
a morning in Paris (9 of 37).jpg

Mon grand plaisir dans ces moments là c’est d’accompagner ma promenade de piano dans mes oreilles. Le mélange de musique, d’architecture, d’histoire, d’art, de perspectives et d’humanité me fait chaque fois vivre une parenthèse hors du temps, indescriptible.

a morning in Paris (6 of 37).jpg
a morning in Paris (7 of 37).jpg

La petite ballade terminée, je suis allée retrouver Jessica, la créatrice de Poinçon 22, dans son showroom de la rue du Faubourg Poissonière dans le 9ème mais je ne vous en dit pas plus pour l’instant et vous reparlerai très vite de notre rencontre dans un prochain article.
Mon dernier arrêt de cette matinée c’était le Café Pinson, dans la même rue. J’avais croisé plusieurs endroits qui me tentaient beaucoup mais c’est la devanture un peu champêtre de celui-ci qui m’a happée à l’intérieur.

Chaleureux et cosy, la déco signée Dorothée Meilichzon n’est pas sans rappeler la cuisine d’une maison de campagne où tout le monde se retrouve attablé dans une confortable décontraction, entre objets chinés et bouquets de fleurs séchées, pour déguster un menu sans gluten, frais et 100% bio. C’est gourmand, beau et sympathique, j’en redemande!