Raising a bilingual child

raising a bilingual child

"oh wow I love that you two speak French together!" is something I hear a lot when we are out and about with my son, to me it is almost a little reward for all the effort that goes into raising a bilingual child.
Since it is often a subject of interest around us I will attempt to explain how we got to a point where our 3 year old son is confident, natural and fluent in two languages.

"oh vous parlez français ensemble, c'est chouette!" est une chose que l'on entend souvent quand on est à droite à gauche avec mon fils, pour moi ces remarques sont presque un "trophée" pour tout le travail en amont pour élever un enfant bilingue.
Puisque c'est un sujet sur lequel je suis souvent questionnée, je vais essayer d'expliquer ce que nous avons fait pour que notre enfant de 3 ans soit confiant, naturel et à l'aise dans deux langues.

Before we were even parents we both knew and had decided that we would raise our children bilingual. My French heritage is very precious to me and having parents who speak little to no English I could not settle with the idea that they might not be able to communicate smoothly with their grand children one day. On a more practical level, to this day we also do not know what country we may end up living in, we could very possibly go back to France one day so we thought it would be smart to make language one less thing to worry about in case of a later move.

Avant même d'être parents nous savions tous les deux et avions décidé que nos enfants seraient bilingues. Mes racines françaises sont très importante pour moi et avec des parents qui parlent peu ou pas du tout anglais je ne pouvais pas les imaginer un jour ne pas pouvoir communiquer naturellement avec leurs petites enfants. D'un côté plus pratique, nous ne savons toujours pas à ce jour dans quel pays nous allons définitivement nous installer, nous pourrions très possiblement rentrer en France un jour alors nous avons pensé judicieux de ne pas faire du language un problème futur en cas d'expatriation/rapatriation.

raising bilingual child

Here are the few things I can point out that I think made a difference for us...

1. We had a plan : We both decided that raising bilingual children was not only a goal but non negotiable, we were BOTH in it together. I think it would be very hard to not have the support of your spouse in this process, the non native speaker must show that the "extra" language is of value, is respected and celebrated.

2. French immersion : Since my husband is naturally good with languages and had learnt to speak French when we lived there we decided that both of us would speak French with Charles and that our home would be 100% French. We speak French with Charles and speak French together as a couple in front of Charles. I firmly believe that easy and "natural" learning can only be supported by environment, meaning that the brain naturally acquires knowledge when it is immersed, bathed even, in a situation. As French author Céline Alvarez puts it : "No formal class, no teacher will ever be able to compete with the formidable efficiency of social environment... We do not need to teach a language. We have to create an immersion situation" (Les Lois Naturelles de l'Enfant, Céline ALvarez, Les Arènes)

Digressing a bit but this is some extra information as we had started with only me speaking French and Elliot speaking English. We soon saw that it would not be enough to motivate Charles who was only using English for his first few words, even with me. We did not let this situation carry on long at all, as soon as it was apparent we both switched to speaking French all the time.

3. Out and about :  We speak French together, wherever we are, even when friends are around. I will always speak French to Charles when the conversation is only of concern to and directed at him. It was a little strange at the start, I was often worried to be coming across rude and that our speaking in native tongue would feel exclusive to others. It is a fear I have had to put up with, I do not go into lengthy conversations with Charles when we have friends over, I let him play with his friends, if he comes to me I will answer in French, if I want to correct his behaviour I will quickly do it in French and carry on with my own conversation with my friends. The key here is that he sees me interacting in English but knows that what only concerns us is spoken in French, however I will often translate what we have just talked about to my friend, it is not about having a secret language to disguise things we would not otherwise talk about if people could understand us.
I have already thought about the future, when he is older and has friends around, we will of course speak English all together, there is a point where I will know and feel that it is time to make that switch when friends are around.
Right now this is a good gymnastic though, he is learning to switch languages very quickly.

4. English language : Charles has been attending preschools since before he turned one, he has always been exposed to English from a young age. He also sees his grand parents regularly who only speak English to him. I know his level is not quite at that of children his age but I am not worried, I know that when he starts school full time his English will bloom. I am more worried about giving him a strong and stable French base because I know that if this base is not strong enough when school time comes he will just leave the French behind.
When he started talking and would sometimes use English words over French ones with me I would simply ignore him. It sounds very harsh but if I knew that he knew the word in both languages I was making him work for it a little bit, I would ignore him or look at him as if I did not understand what he was saying. He would almost instantly and naturally correct himself and say the word in French, I would react cheerfully to show that I was able to understand him. Being very immersed in French very few occasions arose when he would know a word in English and not in French but if it did I would simply repeat the word in French. The other day he came home telling me that something was "smooth", I said "ahhh d'accord "lisse" en français on dit lisse" ("ahhh okay "lisse" in French we say "lisse") and he carried on using the word in French.
I recently started helping him with sentences in English so that he is able to have some basic communication skills. When I dropped him off at preschool the other day a child came to gift him with his drawing and I could see Charles feeling limitated with his English so I simply started a conversation including Charles. It kind of went like this : "Wow Tyler, that is really kind, isn't it Charles?", Charles carried on "thank you, it's really kind Tyler". My drive is to always keep the use of both languages as natural as possible and practicing this principle through conversation.
 

It is a gymnastic, even for us, but I know his brain is so flexible and capable it is now effortless for him to switch from English to French. I purposely speak A LOT, I make sure to use a rich and precise vocabulary, I also believe that children understand far more than we think so I always make him feel welcome in any conversation we might be having with my husband. We read books in French, we go on holidays back home, we speak to our family on Skype and have a few French speaking friends here in NZ.
It is not always easy, especially for my husband, disciplining is not quite the same in another language. He is so committed to it though, we are very lucky. It is work for us as a couple too, we were speaking English together before Charles so switching back to French is definitely the difficult way but it is worth it. We revert to speaking English when Charles is not around, especially for serious matters.

My main focus is to do it as naturally as possible and absolutely keep any power struggles at bay. I do not want languages to become a sore point in our family and the only way, like anything when it comes to education, is for us to be diligent and show the example. We do not give ourselves a free pass, we never speak English with Charles because it is easier... We have done all of that for so long it is almost not an effort anymore and it would feel absolutely not right to speak anything but French together now. I can only but hope this gymnastic sticks!


Voici donc quelques points qui me semblent avoir fait une différence pour nous...

1. Avoir un plan : Nous avions tous les deux décidé d'élever nos enfants bilingues, ce n'était pas un but mais un fait non négociable, nous étions ENSEMBLE dans l'aventure. Je pense qu'il serait très difficile de ne pas avoir le soutien de son partenaire dans cette démarche, ne serait que pour le conjoint de montrer que la langue "en plus" a de la valeur, est respectée et célébrée.

2. Immersion française : Mon mari étant naturellement doué pour les langues et ayant appris le français quand nous vivions là bas nous avons décidé que nous parlerions tous deux français avec Charles et que notre maison serait 100% française. Nous parlons français avec Charles et parlons français ensemble devant Charles. Je crois fermement qu'un apprentissage facile et naturel repose entièrement sur l'environnement, je veux dire par là que le cerveau apprend seul quand il est immergé, baigné, dans une situation. Comme le dit parfaitement l'auteure Céline Alvarez : "Aucun cours magistral, aucun enseignant ne pourra jamais entrer en compétition avec l'efficacité redoutable de l'environnement... Nous n'avons pas besoin d'enseigner un language. Nous n'avons qu'à créer une situation d'immersion" (Les Lois Naturelles de l'Enfant, Céline ALvarez, Les Arènes)

Je digresse un peu pour apporter une touche d'information supplémentaire puisque nous avions commencé avec moi parlant français et mon mari parlant anglais, pour que Charles apprenne chaque langue le plus correctement possible. Nous avons cependant très vite vu que ça ne serait pas suffisant pour motiver Charles dont les premiers mots n'étaient qu'en anglais, même avec moi. Dès que nous avons remarqué cela nous sommes immédiatement passé au 100% français tous les deux.

3. De sortie : Nous parlons français ensemble, qu'importe où nous soyons, même quand des amis sont là. Lors d'évènements sociaux, je parle uniquement français à Charles quand la discussion ne le concerne que lui directement. C'était un peu étrange au début, j'étais inquiète d'être impolie et que notre langue soit exclusive vis à vis des autres. C'est une crainte que j'ai du surmonter, je n'ai jamais de longues conversations avec Charles quand nous sommes avec des amis, je le laisse jouer avec ses amis, s'il vient me demander quelque chose il le fait en français, si je dois corriger son attitude je le fais en français et je retourne rapidement à ma conversion avec mes amis. La clé ici pour moi c'est qu'il me voit intéragir en anglais mais sait que ce qui ne nous concerne que tous les deux doit être dit en français. Cependant je traduit pratiquement chaque fois ce qu'il vient de se dire à nos amis, il ne s'agit pas là d'avoir un language secret nous permettant de dire des choses que l'on ne dirait pas si l'on pouvait nous comprendre.
J'ai déjà pensé au futur, quand il sera plus grand et qu'il amènera ses amis à la maison, nous parlerons bien évidemment anglais tous ensemble et devant eux, je sais que je sentirai quand il est temps de faire cette transition.

4. L'anglais : Charles va au jardin d'enfants depuis qu'il a 1 an, il a toujours été exposé à l'anglais depuis très jeune. Il voit régulièrement ses grands parents qui ne lui parlent qu'en anglais. Je sais que son niveau n'est pas celui des enfants de son âge mais je ne suis pas inquiète, je sais que lorsqu'il commencera l'école (à 5ans en Nouvelle Zélande) son anglais viendra tout seul. Je suis plus inquiète de lui donner une base solide en français car je sais que si elle ne l'est pas il laissera le français de côté en entrant à l'école.
Quand il a commencé à parler et qu'il utilisait des mots anglais et pas français je l'ignorais. Ça doit paraître très dur comme cela mais je savais qu'il connaissait le mot en français je le faisais travailler un peu, je l'ignorais ou le regardais les yeux ronds comme si je ne le comprenais pas. Il se corrigeait seul instantanément et naturellement et disait le mot en français, je réagissais joyeusement pour lui montrer que je pouvais à présent le comprendre. Etant très immergé dans le français les occasions sont très rares pour qu'il ne connaisse un mot seulement en anglais mais si c'est le cas je répète simplement ce qu'il vient de me dire avec le mot en français. L'autre jour il est rentré de l'école et me racontais quelque chose avec le mot "smooth", je lui ai dit "ahhh d'accord "c'était lisse", en français on dit lisse", puis il a continué son explication en utilisant le mot lisse, comme si de rien n'était.
J'ai récemment commencé à l;aider avec ses phrases en anglais pour qu'il ait tout de même des phrases de base pour la communication. Après l'avoir déposé à la petite école l'autre jour, un de ses amis est venu lui offrir un dessin qu'il venait de réaliser et je voyais Charleslimité par son anglais pour répondre quoi que ce soit, j'ai donc engagé la conversation en anglais avec son ami : "wow Tyler, c'est très gentil de ta part, n'est-ce pas Charles?", et Charles de naturellement continuer "merci, c'est très gentil Tyler" (tout ça en anglais bien sûr!). Mon but c'est de toujours garder l'utilisation des deux langues aussi naturelle que possible et de pratiquer cela à travers la conversation.

C'est une sacrée gymnastique, même pour nous, mais je sais que son cerveau est tellement flexible et capable, il passe maintenant du français à l'anglais sans aucun effort. Je fais donc exprès de parler BEAUCOUP, je m'assure d'utiliser un vocabulaire riche et précis, je crois aussi que les enfants comprennent bien plus que l'on ne le pense et je l'invite donc toujours à entrer dans les conversations que nous pouvons avoir avec mon mari.Nous lisons en français, nous allons en vacances en France, nous voyons notre famille sur Skype et avons quelques amis français ici en NZ.
Ce n'est pas toujours facile bien sûr, surtout pour mon mari, discipliner un enfant dans une langue qui n'est pas la votre peut être un sacré challenge! Mais il est dévoué, nous avons beaucoup de chance. C'est un travail pour notre couple également, nous parlions anglais ensemble avant d'être parents alors le passage au français était véritablement l'option la moins facile mais ça en vaut la peine. Nous parlons cependant anglais ensemble quand Charles n'est pas là.

Mon but est vraiment de garder tout cela le plus naturel possible et de ne pas créer de situation de chantage ou de pouvoir via la langue. Je ne veux pas que les langues deviennent un sujet de discorde et la seule façon pour cela, comme pour tout ce qui relève de l'éducation des enfants, c'est d'être rigoureux soi même et d'être un bon exemple. Nous ne nous donnons pas de cartes blanches, nous ne parlons pas anglais avec Charles parce que c'est plus simple... Nous avons fait tout cela depuis tellement longtemps ce n'est presque plus un effort finalement, c'est juste notre système de communication, et il me semblerait complètement bizarre de parler autre chose que français tous ensemble maintenant. Espérons que ça dure!