summer...

L’été, les confettis de soleil sur la table à travers les feuilles du cerisier, les soirées qui s’étirent et l’enfance qui se débobine sous mes yeux, comme c’est bon.

haagen dazs (3 of 3).jpg

Les enfants c’est le présent qui n’attend rien d’autre que le “maintenant”, les regarder remet toujours les choses dans leur ordre d’importance dans ma tête, à savoir : l’amour et la joie, tout le reste est finalement bien petit dans le grand ordre des choses.
J’ai terminé de lire l’oeuvre posthume de Jean D’Ormesson, son dernier livre qui commence par ces mots “Grâce à Dieu, je vais mourir” et durant lequel il s’efforce de creuser dans la science pour comprendre l’origine de notre monde, expliquer notre présence sur cette terre. Il s’y dévoile agnostique mais ne peut s’empêcher de titrer son ouvrage “Un hosanna sans fin” et de le terminer sur ces paroles “Si quelqu’un a laissé une trace éclatante dans l’esprit des hommes, c’est bien le Christ Jésus”. Ce livre m’a beaucoup touchée, la spiritualité faite de doutes et d’espoir qu’il y exprime résonne profondément en moi, ce besoin de tout expliquer mêlé au besoin de s’en remettre au Plus Haut sans questions : ma vie haha!

au jardin (11 of 40).jpg
au jardin (18 of 40).jpg
au jardin (29 of 40).jpg
au jardin (36 of 40).jpg
au jardin (38 of 40).jpg

Exposition Hammershoi au musée Jacquemart-André

Des mois que je passais devant Jacquemart-André en me disant “il faut que j’y aille avant de quitter Paris”… C’est chose faite! Je ne voulais absolument pas manquer l’exposition Hammershoi qui se termine le 22 juillet (2019), peintre Danois de la fin du XIXème siècle, ses tableaux sobres et sourds m’ont beaucoup touchée lors de la visite. Si vous le pouvez je vous recommande vivement cette expo avant qu’elle se termine, sans plus tarder cependant je vous laisse avec le musée…

jacquemard andré (13 of 63).jpg
jacquemard andré (21 of 63).jpg
jacquemard andré (30 of 63).jpg

L’exposition Hammershoi regroupait également des oeuvres d’artistes danois de la même époque illustrant le contraste flagrant entre le travail de l’artiste et le style plus traditionnel de l’époque. J’ai été particulièrement sensible aux toile d’Hammershoi car elle me rappellent beaucoup la photographie. Ci-dessous la première toile est de son ami Carl Holsoe, les trois suivantes sont d’Hammershoi.

Le tour du musée s’achève sur la visite dans appartements privés du couple Jacquemart-André, avec une salle de bain particulièrement somptueuse.

jacquemard andré (61 of 63).jpg
jacquemard andré (59 of 63).jpg

Print lover

Léo, graou, et autres petits noms affectueux, l’imprimé léopard ne disparait jamais vraiment des collections. Intemporel? J’ai envie de dire oui, pour moi en tout cas. Loin des clichés vulgaires, les multiples façons de le détourner le font se retrouver au fil des saisons sur des pièces modernes et avec une pointe d’humour.

72F950A6-53DB-4888-A7A5-3028C7D320AE.JPG

Cette saison j’ai sauté sur ce pantalon en le voyant sur le lookbook Balzac, c’est le modèle Bonnie. Coupe droite et ample, la ligne noire le long de la jambe et la taille haute allongent la silhouette, une version chic du pantalon de jogging, que je porte avec une paire de baskets et un petit pull marine.
Petite sélection “grrrr” ci-dessous si l’appel de la jungle résonne en vous…